[Japan Expo 2017] Interview du groupe The World Standard (Wa-suta)

 Publié le 24 Août 2017, 11:50 par ash | Interview | Commentaires

Japan Expo 18e IMPACT a eu lieu du 6 au 9 juillet dernier à Paris, au Parc des Expositions de Villepinte et cette année encore, nous avons pu aller à la rencontre des artistes musicaux invités au festival. Aujourd'hui nous vous proposons de lire notre rencontre avec les membres du groupe The World Standard.

Après Cheeky Parade l'an dernier, cette année encore un groupe du label iDOL STREET a fait le déplacement à Japan Expo, il s'agit du dernier né du label : le groupe The World Standard, abrégé en « Wa-suta ». Notre rencontre avec le groupe, et la Sound Producer, a eu lieu autour d'une table ronde d'une heure avec plusieurs autres médias. Pour permettre une meilleure cohérence à l'interview, nous nous sommes permis de réorganiser l'ordre des questions posées.

Voici donc cet échange avec le groupe accompagné de quelques photos pour illustrer en attendant un report total de leur passage en France.

Le groupe prend la pose après l'interview

Bonjour, pouvez-vous vous présenter au public français ?
(Ruka) Bonjour, je m'appelle Ruka Mishina et j'ai 16 ans. (en coréen)

(Nanase) Bonjour, je m'appelle Nanase Hirokawa. J'ai 18 ans. J'étudie l'anglais. Merci. (en anglais)

(Hazuki) Bonjour, je m'appelle Hazuki Sakamoto. J'ai 18 ans. J'étudie le français. Enchantée. (en français)

(Ririka) Bonjour, je m'appelle Ririka Kodama. J'ai 16 ans. Appelez-moi « Riri » s'il-vous-plaît. J'aime manger et j'étudie l'anglais. Merci. (en anglais)

(Miri) Bonjour, je m'appelle Miri Matsuda et j'ai 16 ans. (en chinois)

 
A propos du concept du groupe, la « culture Kawaii » n'est pas encore très répandue en France. Qu'est-ce que c'est ?
(Nanase) Le nom et le concept de notre groupe est « The World Standard », abrégé en « Wa-suta ». Nous sommes un groupe d'idoles japonaises qui répandent le « Kawaii » dans le monde. Nous en faisons la promotion via Internet, par les réseaux sociaux. Nos costumes sont très kawaii. Nos chansons aussi. (en anglais)


Le concept Kawaii est au coeur du groupe, mais est-ce qu'en dehors du groupe ça influe sur vos vies ?
(Ririka) Dans notre vie privée on est habillées de façon bien plus simple, avec des couleurs unies comme le blanc. On n'est pas "Wa-suta" dans notre vie privée (rires).

(Nanase) En fait, c'est quasi impossible d'avoir des tenues aussi extravagantes lorsqu'on est en « civile » (rires). Mais on aime bien les accessoires un peu mignons. On a trouvé une boutique à Paris qui vendait une bague avec un requin dessus, ou des accessoires avec des représentations de nourriture comme les sushis. J'aime les trucs un peu bizarre et mignon.

 
Est-ce que vous vous connaissiez avant d'être réunies dans le groupe ?
(Miri) Avant de commencer le groupe, nous étions « stagiaire » chez iDOL STREET donc on se connaissait déjà un peu. On avait par exemple fait déjà des lives ensemble et on s'entendait déjà bien.


Vous avez donc été « stagiaire » avant d'être membre de The World Standard, mais avez-vous toujours voulu être idole ?
(Ruka) Je n'ai jamais pensé devenir idole un jour, c'est vrai que je faisais du hip-hop mais je ne pensais pas entrer dans le monde des idoles.

(Ririka) J'ai toujours été intéressée par le monde des médias, je voulais devenir actrice au début. A l'école, on m'a encouragée à passer des auditions et c'est comme ça que je suis devenue idole.

(Nanase) J'adorais les idoles et je voulais vraiment en devenir une. Je trouve qu'une idole est une personne qui excelle dans plusieurs domaines (chant, danse, mannequinat...) et nous toutes sommes très contentes de l'être devenue.


(INN) Quelles ont été vos motivations à devenir des idoles et qu'est-ce qu'une idole pour chacune de vous ?
(Miri) Une de mes amies était idole, donc je le suis devenue aussi. Être une idole c'est, pour moi, recevoir du rêve et du courage mais aussi transmettre cela. J'ai envie de transmettre tout cela par la danse, le chant, la musique et les réseaux sociaux.

(Ririka) J'étais fan des actrices qui passaient à la télévision et je voulais devenir comme elle alors j'ai intégré une école pour devenir idole. Je pense aussi qu'une idole doit transmettre du rêve.

(Hazuki) Je suis devenue idole en participant à des auditions. J'ai également envie de donner du courage et du rêve aux fans.

(Nanase) J'ai toujours aimé la musique et la danse. Et comme j'étais fan des Cheeky Parade je suis devenue idole comme mes modèles. Être idole c'est transmettre la culture japonaise, dont la culture kawaii, à travers toutes nos activités.

(Ruka) Au début, je n'étais pas vraiment intéressée pour devenir idole. Une amie m'a invitée à participer à des auditions et je suis devenue idole comme ça. Une idole pour moi c'est danser, chanter et transmettre quelque chose à d'autres personnes.


Comment marquez-vous votre différence avec les autres groupes d'idoles ?
(Nanase) Si vous voulez filmer ou prendre des photos pendant nos lives sur scène avec votre smartphone, vous pouvez. On invite le public à partager tout ça sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, avec notre hashtag #wasuta. Nous étudions également l'anglais, le chinois, le français et le coréen pour communiquer plus facilement avec le public. (en anglais)


Justement, cette présence des réseaux sociaux dans votre concept vous permet-il d'être plus proche de vos fans ?
(Nanase) Bien-sûr, énormément.

(Ruka) Grâce aux réseaux sociaux les fans nous apprennent beaucoup, et nous pouvons leur apporter également beaucoup. Il y a donc une grande force d'unité.


Chacune d'entre vous est douée dans une langue étrangère, est-ce que c'était déjà une passion avant d'être dans le groupe ou est-ce venu après ?
(Hazuki) Nous avons effectivement appris à parler d'autres langues après avoir intégré le groupe pour justement mieux transmettre le concept de kawaii à travers le monde.


Vous vous êtes déjà beaucoup produites à l'étranger. Pensiez-vous avoir autant de fans hors du Japon ?
(Ririka) Après nos débuts, nous avons eu l'occasion de visiter plusieurs pays comme Singapour, Taiwan, Shanghai et maintenant la France ; à chaque fois on remarque que l'ambiance des fans est différente du Japon et c'est génial. A chaque fois c'est donc un plaisir de découvrir nos fans à l'étranger.


En quoi le public français est-il différent des autres pays et du Japon ?
(Nanase) J'ai trouvé que les fans français étaient très « gentleman », pendant les séances photos par exemple les fans nous disaient « Bonjour » et « Merci », souvent en japonais. Et ils nous regardaient droit dans les yeux. Ça nous a fait très plaisir.


D'où vient votre inspiration pour vos musiques et les clips ?
(Suzuki Manaka - sound producer) Je prends l'inspiration à travers tous les éléments de la vie quotidienne ; les moments de tristesses, de bonheurs et d'autres. Je retranscris directement tout ça dans les chansons. Parfois, ça peut donc paraître bizarre mais c'est comme ça que j'écris.


Vous avez participé au concert « Animé 100 » sur la scène Karasu avec d'autres artistes de Japan Expo, est-ce que vous avez aimé partager la scène avec ces artistes au style différent du votre ?
(Nanase) On a été vraiment très heureuses de participer à ce concert avec ces artistes. Le public aussi était différent donc ça a été une belle occasion de présenter notre groupe. On a déjà collaboré avec d'autres artistes auparavant, notamment au Tokyo Game Show, et qui ont un style complètement différent.


Pour votre venue à Japan Expo, le fait qu'Hazuki parle français a beaucoup aidé, pour les MC's ou la communication avec les fans par exemple ?
(Hazuki) J'ai animé les MC en français et j'étais très contente de voir les fans réagir et me comprendre. Lors des dédicaces et des discussions avec les fans j'étais heureuse de pouvoir m'exprimer en français avec les fans.


(INN) Japan Expo est un grand événement dédié à la culture populaire japonaise (musique, jeux vidéo, manga, animé, cuisine...). Quelle est la chose que vous aimez le plus dans tout ce que le festival propose ? Avez-vous quelque chose de particulier à conseiller ?
(Ruka) J'aime beaucoup les animés et les jeux vidéo. L'animé que j'adore absolument c'est « Sword Art Online ».

(Hazuki) J'aime les animés pour enfants, comme « Doraemon » et « Chibi Maruko-chan ».

(Miri) J'aime les animés et surtout « L'attaque des Titans » que je regarde en boucle. A Japan Expo, j'ai été impressionnée de voir des cosplays avec les tenues, le symbole, de l'attaque des Titans.

(Nanase) On a fait le live « Animé 100 » sur la scène Karasu avec que des reprises de génériques d'animés, c'était super parce que j'aime beaucoup ça.


Quel est votre animé préféré ?
(Ririka) Moi aussi j'aime l'animé « Chibi Maruko-chan », qui passe encore à la télévision japonaise. Alors j'essaie d'être à la maison quand c'est diffusé pour ne pas le rater.

(Nanase) On aime toutes Pikachu et Pokémon bien évidemment, c'est notre enfance. Et pour ma part, j'aime beaucoup « Card Captor Sakura », c'est vraiment un animé super et j'aimerais que tout le monde le regarde.


Est-ce que le doublage d'animé est quelque chose qui vous intéresse ?
(Nanase) On a fait le générique d'ouverture de l'animé « Les Supers Nanas », et on a trouvé les voix des personnages très mignonnes. Et oui, entre membres, on a déjà parlé du faite de vouloir faire du doublage.


Dans la chanson « Yuumei ni, Nyaritai », elles chantent vouloir se balader dans Paris et voir Mona Lisa. En avez-vous eu l'occasion depuis votre présence en France ?
(Hazuki) Malheureusement nous n'avons pas encore eu l'occasion d'aller voir Mona Lisa mais on aimerait toutes aller la voir le plus vite possible et lui serrer la main (rires).

(Toutes) Mona Lisa-san~


(INN) Quel est le sens de la chanson « Kanzaen Naru Idol », qui semble décrire une facette négative de l'idole ?
(Suzuki Manaka - sound producer) C'est vrai qu'il peut y avoir cette impression-là, mais c'est parce que parfois j'ai le sentiment que les idoles peuvent se forcer à faire quelque chose et j'aimerais que ce ne soit pas le cas. Je veux qu'elles se donnent du plaisir à faire leurs musiques, leurs danses. Il y a cette idée-là dans cette chanson.

Le groupe sur la scène Karasu

Quel est le meilleur souvenir que vous avez sur les tournages de vos clips ?
(Ruka) Le souvenir qui m'a le plus marqué c'est sur le clip de « Ultra Mirakurukuru Final Ultimate Choco Beam », notre premier MV, où le thème était les jeux de rôle. On a utilisé beaucoup d'effets spéciaux, il y avait un fond vert... c'était incroyable pour notre premier clip. Ça m'a beaucoup marqué.

(Nanase) Pour moi c'était « Kanzen Naru Idol » parce que d'habitude on a des tenues dans les tons pastels et là on avait des tenues noires et blanches. Et à la fin du clip aussi, on a des coiffures et du maquillage totalement extravagants. C'était très drôle à filmer (rires). 

(Ririka) Pour moi c'est « Inu Neko。Seishun Massakari » parce qu'on a filmé ça avec nos fans et je pensais avant ça qu'un clip c'était juste avec les membres. C'était donc une expérience nouvelle pour moi. En plus, on diffusait en direct sur Internet le tournage du clip. Tout ça donnait vraiment l'impression que tout le monde travaillait ensemble sur ce clip. Et ça m'a beaucoup marqué.


(INN) Le clip « Just be yourself » a la particularité d'être vertical. Est-ce un choix volontaire pour correspondre à l'ère numérique où les gens « consomment » tout via leur smartphone ? D'autres clips originaux sont-il prévus (à 360° par exemple) ?
(Suzuki Manaka - sound producer) Je ne m'occupe pas personnellement des clips, mais je sais qu'il y a des réunions avec les membres pour savoir ce qu'elles aimeraient voir dans chaque clip. J'ai beaucoup aimé ce clip et je sais que d'autres aussi et j'aimerais en voir d'autres dans ce style.


Est-il envisageable de vous revoir en France pour des concerts, en dehors de Japan Expo ?
(Nanase) Pour le moment, nous n'avons pas de projet autre que Japan Expo pour la France. Mais nous avons été très heureuses de rencontrer les fans ici et on aimerait beaucoup revenir pour des concerts, à Japan Expo ou pas. On espère que les fans seront au rendez-vous si on revient.
 

(INN) Vos tenues originales représentent différents types de pain. Quel est celui que vous préférez ?
(Ruka) J'aime beaucoup le pain et surtout le pain français.

(Miri) Sur chaque tenue, il y a au moins un pain qu'on a mordu et où il y a nos traces de dents. Concernant ces pains, certains sont tout doux et moelleux et d'autres plutôt dur. J'aime beaucoup les toucher et jouer avec.

(Nanase) J'aime le pain français. (en anglais)

(Hazuki) Je voudrais manger du pain à la crème d'amande, j'en ai déjà mangé et c'est bon. (en français)

(Ririka) J'adore les croissants. C'est mon numéro un. (en anglais)


Vous avez donné un concert au Zepp Diver City (ndlr : capacité d'env. 2.500 personnes) en avril, marquant une étape dans la vie du groupe. Quelle autre salle de concert importante au Japon souhaitez-vous faire ?
Pour le moment aucune autre grande salle n'est prévue, mais dès cet automne nous allons faire une tournée dans neuf villes différentes au Japon. Puis, au printemps et à l'été prochain nous ferons d'autres concerts. Mais nous voulons effectivement faire des concerts dans des grandes salles.


Miri, vous êtes fan de l'équipe de baseball « The Hiroshima Toyo Carp » et récemment vous avez chantée l'hymne national en ouverture d'un match. Quelles ont été vos impressions ?
(Miri) Je n'aurais jamais cru pouvoir faire ça un jour, j'étais très stressée car c'est pas quelque chose que j'ai l'habitude de faire. Et puis c'était aussi la première fois que je chantais devant autant de personnes, environ 30.000. Les fans du club, ont des tenues et accessoires rouges et quand je regardais le public, tout était rouge et c'était fabuleux.

 
Hazuki et Nanase ont participé au direct Nico Nico Douga sur le Senbatsu Sousenkyo des AKB48. Êtes-vous fan du groupe ?
(Hazuki) J'ai été très heureuse d'avoir été choisie pour co-présenter cette émission sur Nico Nico Douga. J'ai d'ailleurs acheté le livre AKB48 Sokenskyo pour pouvoir travailler. C'est vrai que le groupe AKB48 sont des idoles très iconiques et je travailles beaucoup pour atteindre ça.

(Nanase) J'ai été très surprise qu'on m'invite, j'aime vraiment tous les groupes du 48, et aussi les groupes 46. Je suis très envieuse car tous ces groupes ont beaucoup de succès au Japon et à l'étranger, et j'aimerais devenir ce genre d'idole aussi.

Suzuki Manaka (Sound Producer) sur la scène Karasu

(INN) Japan Expo invite depuis plusieurs années maintenant des idoles et on remarque que petit à petit le public change. Il y a par exemple de plus en plus de filles, les âges sont plus diversifiés. Avez-vous ressenti ces changements dans votre public aussi  ?
Notre concept est orienté sur le kawaii et du coup chez nos fans il y a beaucoup de filles, près de la moitié.


Quelle est la plus mignonne du groupe ?
(Hazuki) Cette question n'est pas très gentille (rires).

(Toutes) (rires).

(Ririka) Quand je regarde les clips je vois les autres membres, je me dis qu'elles sont vraiment toutes mignonnes.

(Nanase) Comme notre concept est kawaii, toutes les membres sont très mignonnes. Sur Twitter par exemple, quand une membre change sa photo de profil je l'enregistre dans un dossier. Je prends aussi des photos des membres quand elles mangent parce que c'est mignon. J'ai un gros dossier comme ça (rires).
 

Quels sont les prochains projets du groupe ?
(Ririka) Nous voulons être des artistes qui sont actives et célèbres dans le monde. (en anglais)

(Hazuki) Notre objectif est de faire des concerts dans beaucoup de pays. Je suis en train d'étudier les langues étrangères et je veux qu'on aime le Japon. (en français)


Avez-vous un message pour le public français ?
(Hazuki) Nous sommes le standard mondial : Wa-suta. Nous sommes très heureuses en France. Nous voulons faire de notre mieux pour revenir en France et faire un one-man live. Merci de votre soutien. Merci beaucoup ! (en français)

(Toutes) Merci beaucoup ! (en français)

Merci beaucoup.


Nous remercions Japan Expo ainsi que le groupe The World Standard (site officieltwitteryoutube) et leur équipe pour nous avoir permis de réaliser cette interview.


Commentaires

Page générée en 0.02883 secondes